Il est un lieu en Lorraine ou souffle l’esprit : histoire de la Colline de Sion

by Admin, 29 mai 2018

« Il est un lieu en Lorraine ou souffle l’esprit », Maurice Barrès La Colline Inspirée (1913)

colline de sion vaudemont

Crédits photo : Louis Leclerc

La Colline de Sion-Vaudémont est un lieu magique, singulier et étrange qui de tout temps a fasciné les pèlerins et les voyageurs.

Tout d’abord par sa forme, rappelant un fer à cheval. La Colline du haut de ses 545 mètres surplombe le plateau lorrain et offre un panorama unique dans la région, les vergers traditionnels et les vestiges de la Forteresse des Comtes de Vaudémont.

Réputée pour les nombreux lieux que l’on y trouve. Tel que la « La Croix Sainte-Marguerite », « Le Saut de la Pucelle », « La Basilique Notre Dame de Sion ».

La colline de Sion-Vaudémont est l’un des rares sites en Europe qui offre un panel historique aussi riche. Elle accumule une mémoire archéologique, retraçant des millénaires de peuplement. Nous pouvons aujourd’hui affirmer de source sure, que Sion est occupé depuis 4000 ans.

Sa situation en hauteur constitue un lieu stratégique, et assure à son propriétaire une certaine protection face à l’ennemie.

Le site vu défiler une première vague d’occupation au Néolithique comme en témoigne les vestiges de Haches en pierre polie. Ce fut ensuite au tour des Leuques, qui vinrent honorer la déesse Romertha (déesse de la Fécondité). Par la suite les Romaines édifièrent un temple consacré à Mercure, le dieu du commerce, on retrouva plus tard les traces d’une ancienne route commerciale sur la colline.

Sion est également le précurseur du christianisme en Lorraine, comme le prouve un monument datant du Ve siècle. Il devint très vite au Xe siècle un lieu de dévotion dédié à la Vierge Marie. C’est donc sur ce lieu sacré que nous avons décidé de bâtir La Grange Inspirée, un lieu de vie permettant de célébrer des moments forts et uniques.

Mais ce développement rapide fut porté par les Comtes de Vaudémont, devenus Ducs de Lorraine, qui firent de ce lieu, un lieu sacré et de pèlerinage.

Au XVIIe siècle, lorsque Richelieu ordonne la destruction après la Fronde de toutes les places fortes, la Forteresse de Vaudémont est rasée et les pèlerinages s’essoufflent.

De cette Forteresse gigantesque dont dépendaient 50 villages alentours, il ne reste que la Tour Brunehaut. C’est au cœur des restes de cette forteresse qui se dresse l’Auberge de la Colline. Un restaurant, proposant une cuisine familiale et traditionnelle qui n’en finira pas d’aiguiller vos papilles. Un lieu bénéficiant d’une terrasse panoramique avec une vue à couper le souffle qui vous permettra de profiter de la sérénité de ce lieu chargé d’Histoire.

A visiter : Le monument Maurice Barrès

Le monument a été inauguré le 23 septembre 1928, dans le style des « grandes journées lorraines », en présence de deux anciens Présidents de la République, M.M. Poincaré et Millerand, et d’un futur Président Albert Lebrun. Y assistaient également de nombreux évêques, parlementaires et élus lorrains. Le Maréchal Lyautey et le Prince de Beauvau-Craon étaient venus en voisins.

Ce monument est l’œuvre de l’architecte Achille Duchesne et du sculpteur René Grand-Colas;

La lanterne dédiée à Barrès est « lotharingiée », on lui a donné un caractère lorrain par trois citations extraites de l’œuvre de Maurice Barrès :

« L’horizon qui cerne cette plaine, c’est celui qui cerne toute la vie. Il donne une place d’honneur à notre soif d’infini en même temps qu’il nous rappelle nos limites. » La colline inspirée. 1913

« Au pays de la Moselle je me connais comme un geste du Terroir, comme un instant de son éternité, comme l’un des secrets que notre race, à chaque saison, laisse émerger en fleur, et si j’éprouve assez d’amour, c’est moi qui deviendrai son cœur. » Les Amitiés Françaises.

« Honneur à ceux qui demeurent dans la tombe les gardiens et les régulateurs de la Cité. » Le Mystères en pleine lumière.

En 1873, deux ans après la défaite de la France contre la Prusse et de l’annexion de L’Alsace et d’une partie de la Lorraine, fut inscrit sur la l’autel de la Basilique Notre Dame de Sion en patois Lorrain : « Ce n’est pas pour Toujours ». En 1920, lors du rattachement de ces deux régions, il y fut re-gravé : « Ce n’était pas pour toujours ». Ce n’est finalement qu’après la chute du IIIe Reich et à la fin de la Seconde Guerre Mondiale que fut gravé une bonne fois pour toute la motion : « Maintenant c’est pour toujours ».

Cette Basilique demeure le monument le plus emblématique de la colline, ce haut sanctuaire dédié à la Vierge Marie, continue de fasciner les voyageurs et rassembler les croyants.

Cet édifice, débuté au Xème siècle par Saint-Gérard  de Toul qui y déposa la première statue de la Vierge, du attendre le XIVème siècle et Henri III (Huitième comte de Vaudémont) pour que soit bâti le chœur actuel et la nouvelle statue de la Vierge. La Nef fut agrandit en 1741 pour pouvoir accueillir tous les pèlerins. La Basilique telle que nous la connaissons aujourd’hui fut achevée  en 1871, lorsque la Vierge de 7mètres fut hissée en haut du clocher.

En 2003, la Basilique s’embrase à cause d’un court-circuit électrique, la vierge est déposée et dû attendre 4ans avant de regagner le sommet de la basilique et pouvoir à nouveau surplomber la Lorraine. C’est au pied de la basilique que se dressent les Gîtes des Hauts de Sion, un havre de paix, qui vous permettra de profiter d’une vue à couper le souffle et tout cela dans un confort sans pareil.

Venez-donc à votre tour découvrir et organiser vos évènements sur ce lieu riche en histoire, visitez ces vestiges, admirer ces paysages magiques, et surplomber la Lorraine.

No Comments


Leave a Reply

Your email address will not be published Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

dix-neuf + 8 =